Atelier de formation sur l’utilisation du SIMINDDL

Atelier de formation sur l’utilisation du Système d’Information Métier de l’INDDL ou SIMINDDL dans le cadre du projet « Conception et installation d’une base de données sur le renforcement de capacités des CTD ».

La mise en place d’un système d’information métiers appelé SIMINDDL fait partie du projet d’informatisation de l’INDDL. C’est un système intégrant les activités principales de l’Institut. En tant que système d’information, SIMINDDL organise toutes les ressources de l’INDDL afin que ce dernier puisse accomplir efficacement ses missions. La mise en place d’un tel système implique certains changements d’organisation dans le processus métier de l’INDDL. Par conséquent, la plupart des entités au sein de l’INDDL, en tant qu’acteurs principaux, auront les responsabilités d’intervenir dans le SIMINDDL. En effet, l’intervention des entités internes à l’INDDL assure non seulement l’alimentation à temps des données dans le système mais aussi la véracité et l’authenticité de ces données.

Les utilisateurs font alors partie intégrante du système. Ainsi, la maitrise de l’utilisation du système s’avère importante. Un atelier de formation sur l’utilisation du SIMINDDL est donc nécessaire pour l’ensemble des acteurs internes.

A cet effet, un atelier a été donné le 17 Décembre dernier à l’hôtel le Pavé Analakely, il a visé à comprendre toutes les fonctionnalités du SIMINDDL, à initier et familiariser les acteurs internes de l’INDDL au système, à permettre aux participants de maitriser les manipulations du système afin d’avoir une bonne compréhension et de s’approprier au système et d’être en mesure de manipuler les différentes fonctionnalités.

Journées Internationales des Régions 2ème édition

Journées Internationales des Régions 2ème édition : le 30 septembre, 01- 02 octobre 2021 à l’hôtel Eucalyptus Ampefy, Région Itasy.

La région Itasy était à l’honneur lors de la 2 ème édition des Journées Internationales des Régions organisée par le Ministère des Affaires Etrangères en collaboration avec le Ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation ainsi que la Région Itasy.
Le Premier Ministre, Chef de Gouvernement, Ntsay Christian avait souligné lors de son allocution à l’ouverture officielle l’importance de cet événement pour rattraper le retard de développement accumulé à Madagascar et pour mettre en œuvre la politique pour l’émergence du pays tout en s’appuyant sur une décentralisation effective . Il avait également affirmé le renforcement des appuis financiers et matériaux pour mettre en avant les compétences et le pouvoir des régions.
« Itasy coeur de Madagascar, ouverte au monde pour l’émergence des générations futures », tel est le slogan de la 2eme édition. Ces trois jours de rencontre ont démontré les potentialités et les atouts de la région Itasy. Ils ont également permis une plus grande visibilité de la Région sur le plan international grâce aux visites de différents partenaires potentiels et ont assuré le bien être de la population locale au long terme.
Pour le Ministre de l’Intérieur et de la Décentralisation, Pierre Holder Ramaholimiaso, « cette initiative a pour objectif d’assurer l’autonomisation et la responsabilisation des collectivités territoriales décentralisées conformément au 12e Velirano du Chef de l’Etat ». Une formation des maires (17), initiée par la DCC et l’INDDL, axée sur la gouvernance locale (volet financement et fiscalité locale) a été organisée au cours de laquelle les participants ont pu initier et approfondir les différents points qu’ils devraient maîtriser dans ce domaine.
Par ailleurs, les activités au cours des trois jours d’exposition ont convergé afin de donner des informations sur l’accès aux marchés du secteur privé malagasy dans la région (les producteurs, les artisans, les agriculteurs…). Les visiteurs, mais surtout les investisseurs locaux et internationaux, ont pu découvrir des stands d’exposition de produits « vita malagasy » lors de l’évènement. Pour ces derniers, ce fut l’occasion d’en apprendre davantage sur les potentialités des régions. Pour les agriculteurs malagasy, ce fut plutôt un moyen de connaître les normes.